vendredi 4 octobre 2019

28 ans et toujours pas d'enfants?

Cela fait plusieurs mois que je cogite à rédiger cet article. J'avais au départ pour objectif de le publier le 16 mai, jour de mon anniversaire, mais j'ai finalement décidé d'en publier un autre, peut-être moins percutant mais qui a tout autant de sens pour moi.

Cette histoire d'enfant, c'est une question que je me pose depuis longtemps. Dans l'absolu, avoir des enfants me plaît. En réalité, j'aime l'idée. L'idée de nouer une relation particulière avec un être que j'aurai contribué à créer, l'avoir porté en moi, connaître cette relation que j'ai finalement très peu connue puisque ma propre maman est décédée lorsque j'avais à peine 5 ans.

Mais au-delà de l'idée, il y a tout un tas de réflexions qui me poussent à ne pas en avoir et qui me poussent à refuser d'en vouloir. Cette discussion, on l'a eue en couple, cette réflexion, je l'ai menée et portée seule mais aussi à deux. Il peut y avoir des femmes qui ne souhaitent pas en avoir car elles ne sont pas attirées par la maternité. Et elles ont le droit de faire ce qu'elles veulent de leur vie et de leur corps. Et il y a aussi des femmes qui font ce choix pour d'autres raisons, qui les dépassent. 

Photo by Alex Pasarelu on Unsplash

A
l'origine de ma réflexion, il y a tout ce que j'observe depuis des années dans ma famille, dans mon entourage proche. A commencer par les conventions sociales et la normalité. J'ai dit pendant longtemps que je ne souhaitais pas me marier. On m'a dit que ça changerait. Même après une formation de 3 ans en cours du soir à l'évêché pour obtenir mon certificat de prof' de religion, je n'ai pas changé d'avis (et pourtant, on m'en a parlé du mariage!). Cela ne veut pas dire que je ne tolère pas l'idée du mariage, juste que je ne me l'approprie pas dans ma vie personnelle. C'est un peu pareil pour les enfants. 

Autour de moi, faire des enfants, c'est la suite logique du "je me mets en couple", "on se marie", "on achète une maison" (ou l'inverse) puis "on fait un bébé" et enfin "on fait un deuxième bébé". C'est ça le schéma classique que j'ai autour de moi depuis mon enfance. Comme si faire des enfants, ça n'avait pas de conséquence, ça allait de soi. Or, quand je prends le temps de me poser, au-delà de mon envie égoïste de créer une relation spéciale avec un petit être qui sera magnifique (parce qu'il tiendrait de moi hehe), il y a toutes les pressions, les obligations qui découlent de la parentalité. Élever un enfant, ce n'est pas rien. Ce n'est pas facile. Et quand je vois le nombre de parents qui négligent l'éducation de leurs enfants ou la relation qu'ils sont censés entretenir avec eux, je suis triste. J'ai l'impression que beaucoup de gens n'ont pas pris le temps ni la peine de se poser vraiment sur leurs choix de vie et ont fait des enfants "parce que c'est ce qu'on a toujours fait". A une époque où on avait à cœur de perpétuer notre espèce, je peux comprendre. Aujourd'hui, faire un bébé dans notre monde occidental est non seulement destructeur pour la planète mais aussi un acte difficile car on impose notre monde (sur le point d'imploser aussi bien socialement qu'écologiquement) à cet enfant qui n'a rien demandé (comme tous les enfants qui sont venus sur Terre jusqu'à aujourd'hui d'ailleurs). 

Je deviens de plus en plus misanthrope avec les années. Je suis déçue, écœurée, révoltée par l'espèce humaine que je perçois comme le parasite le plus nuisible de son environnement. L'Homme s'est ôté de tout écosystème, s'estimant supérieur et apte à les réguler lui-même. Et même quand on lui dit que c'était une mauvaise idée, qu'il faudrait qu'on réintègre l'écosystème, qu'on arrête de faire les cons avec les énergies fossiles, qu'on arrête de produire du plastique partout, tout le temps qu'on ne peut pas recycler, qu'on arrête de jeter tout ce qu'on consomme... il ne voit que ses profits monétaires et ses poches qui se remplissent. Cela concerne en réalité une toute petite partie de gens sur la Terre: 1% de la population mondiale détient 50% des richesses. Mais ce sont ces personnes qui prennent des décisions pour tous les autres. 

A mon échelle, je ne me vois pas faire un bébé car, humainement, je voudrais qu'il grandisse dans un confort certain. Evidemment qu'on veut ce qu'il y a de mieux (en sachant qu'on a tous une définition différente de "ce qu'il y a de mieux") pour lui. Le problème, c'est que ça m'est accessible et que ça a un coût écologique tellement élevé que je ne suis pas prête à le payer. Nous ne payons pas le vrai coût des choses que nous achetons et que nous consommons. Personne ne paie le vrai coût d'un t-shirt H&M cousu par un enfant de 6 ans dont l'eau quotidienne est polluée par les teintures des jeans produits par la même marque de son usine. (Lui non plus n'a pas demandé à venir au monde btw.) Je ne suis pas prête à aggraver l'état de la Planète par toute la consommation indirecte et directe que provoquerait la venue d'un enfant (une hausse de notre consommation d'eau potable, d'électricité, d'achat de linge de maison ou de meubles fabriqués en Asie, les déplacements qui nécessiteraient sans doute l'achat d'une voiture avec sa consommation de carburant, etc.). Au-delà du fait qu'un enfant, ça coûte cher (même si on ne paie pas le vrai coût de son existence dans nos sociétés où on achète tout très facilement pour 3x rien), que ce sont des responsabilités et un engagement à temps plein, c'est une décision qui m'apparaît encore plus égoïste qu'auparavant vu la situation catastrophique dans laquelle on va se trouver dans quelques mois/années.

Non, je n'ai pas envie de faire face à mon enfant plus tard qui me reprochera de l'avoir mis au monde alors que je savais ce que ça allait lui infliger, que j'imaginais bien les difficultés qu'il allait rencontrer. Quand il me reprochera de ne pas avoir fait assez pour limiter les dégâts et que désormais, il n'a peut-être plus accès aux ressources vitales qu'on aura gaspillées des années précédant sa naissance. Je refuse de faire face à ça parce qu'à part lui dire: "Je suis désolée, j'ai fait ce que j'ai pu", il ne pourra que me répondre: "Ce n'était pas assez". 

Et il aurait raison.

vendredi 27 septembre 2019

Je bouge pour les droits des femmes!

Aujourd'hui, j'étais censée publier un article sur le fait que nous ne souhaitons pas avoir d'enfants mon chéri et moi. Si tu as participé à mon sondage en Instastory, tu as certainement voté pour ça puisque ça représentait l'écrasante majorité ^^ Pourtant, je n'ai pas eu l'inspiration, le temps et l'énergie de le terminer. Je ne le trouve pas assez abouti pour le publier aujourd'hui alors je vais le reporter. 


Mais en attendant, je ne me suis pas tourné les pouces cette semaine et j'ai travaillé au montage d'une vidéo réalisée en juin dernier. Ce projet, je l'ai réalisé pour Vie Féminine et le Collectif "Et ta soeur?". Ce sont deux organismes belges/liégeois qui œuvrent pour une plus grande visibilité des problématiques liées aux Femmes. Le but est de sensibiliser et de rassembler les gens autour de grandes questions de société qui touchent particulièrement les Femmes pour voir comment elles sont fragilisées et voir ce qu'on pourrait faire au quotidien pour rétablir une égalité de droits. 

"Je bouge pour les droits des femmes" du 30 juin 2019 était la deuxième édition du genre. L'événement encourageait les gens (Hommes, Femmes, Enfants) à bouger (marcher, courir, rouler) en suivant un parcours proposé au Parc de la Citadelle de Liège en portant un dossard sur lequel on avait pu inscrire le droit pour lequel on bougeait.



Mon rôle durant cette journée, ça a été de filmer et de capturer des moments pour en réaliser une vidéo que je te présente aujourd'hui. Ça me tient à cœur parce que ces problématiques sont rencontrées au quotidien par des Femmes et que ça me révolte encore autant d'avoir ce plancher collant - comme le dénonce si bien Flo dans la vidéo - qui nous empêche d'avancer, simplement parce qu'on est une Femme. 

Alors aujourd'hui, je te partage le résultat de ce dimanche de ma vie, en espérant que cela t'aura donné envie de te renseigner plus loin sur toutes ces choses auxquelles les Femmes font face aujourd'hui. Je te laisse quelques liens sous la vidéo, dans cet article, pour réfléchir et te renseigner sur différents sujets. Il y a des blogs et des comptes Instagram qui en parlent vraiment bien. :) 





Si tu as des suggestions de comptes Instagram ou des blogs à découvrir sur le sujet, partage-les en commentaires, je compléterai ma liste avec grand plaisir ♥ 
Bon weekend les amis! 

vendredi 20 septembre 2019

Zoom sur mon journal de bord de l'enseignant 2019-2020

Salutations! Aujourd'hui, on se retrouve pour faire un petit focus sur mon journal de bord que j'ai présenté pour l'année 2019-2020. Cette année, je ne publie pas le fichier donc je te propose de faire le détail et de passer en revue tous les éléments qui composent ce journal et à quoi ils servent. Depuis déjà 3 ans (ou 4? je ne sais plus), je fais tout 100% maison avec Word et Photofiltre. J'imprime le fichier chez moi et puis je perfore les feuilles avec ma perforatrice ARC de Staples que j'adore. De cette façon, j'ai un cahier de style Atoma et une possibilité infinie de combiner les outils, en ajouter ou retirer des parties comme je l'entends. =)


________________________________________________
I / Généralités

Commençons par le commencement, veux-tu? :D Pour la page de garde, j'ai choisi une jolie image de fond après avoir longtemps parcouru le site Pixabay. J'ai fait deux versions de page de garde: l'une en mode "galaxy-aquarelle" et l'autre avec des triangles dans les tons de roses.


Comme chaque année, je fais suivre ma page de garde par une page d'informations générales sur laquelle j'indique mon nom, mes coordonnées, mes classes, mon horaire... avec au verso mes classes, le nombre d'élèves, les titulaires et une partie "notes" avec un espace pour écrire de nouvelles coordonnées de collègues. 



Nouveauté cette année: j'ai ajouté une to-do list de la semaine que j'ai divisée en 4 catégories: à faire /à imprimer / à corriger / à acheter. Certains utilisent leur bullet journal pour insérer ça mais j'avoue que mon carnet est utile pour mes exercices d'écriture avant tout donc venir insérer ces listes me polluerait juste mon espace de réflexion ^^ Donc chaque semaine: j'imprime un tableau et je le complète au fur et à mesure pour organiser mon temps. =)


________________________________________________
II / Absences & cotes

Cette année, je change ma disposition de feuilles. Avant, j'utilisais un tableau avec mes listes d'élèves et je cochais le jour où un élève était absent et j'insérais les notes des tests avant de les reporter sur mon cahier de cotes électronique. Mais il fallait que j'imprime les feuilles régulièrement en cours d'année, que je les complète... Du coup, là, j'ai chipé l'idée d'un collègue qui n'utilise qu'une feuille par an. Malin ce prof! Il n'écrit que la date à laquelle l'élève est absent. "Et quand l'élève est très souvent absent?" Bah écoute, j'aviserais si jamais le cas se présente. ^^

J'ai donc une page A4 par classe pour les absences + les feuilles du cahier de cotes. En tout, j'ai 2 feuilles par classe et de quoi indiquer 40 évaluations.



Dans cette partie, j'ai également ajouté une feuille avec des petits tableaux pour cocher si l'élève a oublié son matériel, s'il a bien fait signé son document d'intentions pédagogiques ou d'autres documents que je distribue. J'ai réussi à mettre 3 classes par face donc une feuille recto/verso me fait 6 classes. :-)

________________________________________________
III / Planning & Journal

Arrive à présent le cœur du journal de bord (en tout cas du mien ^^). Dans cette partie se concentre les documents que je suis obligée de remplir et qui me sont aussi utiles pour m'organiser de façon hebdomadaire. Je commence par une vue annuelle du calendrier sur une page A4 avec les weekends, les congés. Ensuite vient une page de garde avec un calendrier mensuel sur lequel j'écris des événements très souvent propres à l'école pour me souvenir de leur existence (réunions de parents, journée d'excursion, etc.).



Après ce calendrier mensuel, on passe à la double page d'organisation hebdomadaire. Personnellement, j'organise ma semaine par classes plutôt que par jour. Je m'explique: sur la première ligne, j'ai la classe "1c". Je les vois le lundi, le mercredi et le vendredi. Sur cette ligne, je fais donc des petites croix le lundi, le mercredi et le vendredi. Dans la partie supérieure de la case, j'inscris ce qu'on a fait en classe et dans la partie inférieure, les devoirs ou les tests prévus.


J'aime beaucoup le côté avec les petits posts-its car j'ai toujours besoin d'espace pour écrire des notes et je le rentabilise à fond. De même que cette année, j'ai ajouté une petite vue mensuelle en dessous de ces posts-its pour voir où j'en suis dans le mois. Hyper pratique, je recommande. =)

Je t'insère ici aussi une deuxième possibilité de présenter ta semaine, plutôt par classe cette fois-ci. Chaque jour est divisé en 3 colonnes: dans celle du milieu, on indique la classe, dans celle de gauche ce qu'on a fait durant le cours et dans celle de droite les devoirs, prépas et tests. On retrouve aussi les mêmes posts-its que dans l'autre version.



Enfin, le dernier outil que je teste depuis cette année dans cette partie, c'est la planification mensuelle. Sur une page A4, je divise l'espace en 4 colonnes (une par semaine) puis en autant de lignes que de fois où je vois les élèves sur la semaine. Je complète une programmation fictive pour le mois et des objectifs à atteindre en termes de matière pour tenter de voir tout le programme. C'est hyper chaud mais je me rends compte qu'une programmation comme celle-ci, c'est obligatoirement amené à évoluer. Impossible de se tenir au planning prévu au vu de toutes les activités qu'il y a sur le mois et des imprévus qu'il peut y avoir. ^^ Si tu as un outil de planification annuel ou mensuel efficace et pratique, n'hésite pas à m'en parler, je suis encore en recherche comme tu le vois :D

________________________________________________
IV / Titulariat

Je sais que d'un pays ou d'une école à l'autre, le rôle qu'on demande de tenir aux titulaires ("professeurs principaux" en France) varie énormément. Pour ma part, j'ai choisi de m'outiller de la façon suivante: dans cette partie, j'insère d'abord un recueil avec les aménagements raisonnables des élèves à besoins spécifiques que j'ai (autistes, dyslexiques, dysgraphiques, souffrant de TDA/H, etc.). Ensuite, j'ai imprimé une page de vérification des journaux de classe avec un petit code lorsque je les récupère. Ils doivent être en ordre (complétés et signés) aussi bien pour les remarques que pour les cours de la semaine. Dans le cas contraire, j'indique ce qu'il manque et je leur écris une remarque pour que ce soit fait pour le cours suivant.

J'insère aussi une page A4 avec tous les documents qu'ils doivent me rendre ou faire signer (bulletins, feuilles de route, intentions pédagogiques, etc.), une autre avec leur horaire (avec leurs profs et les locaux où ils ont cours), une troisième avec notre organisation pour gérer les charges en classe (qui s'occupe de maintenir la classe en ordre? Qui se charge de nettoyer le tableau? Qui est en charge de la propreté? et ce, mois par mois) avec les dates. La feuille suivante est destinée à l'organisation de l'aide aux absents sur laquelle on a formé des duos par cours/options pour que chaque élève ait un binôme de référence lorsqu'il est malade pour pouvoir se remettre en ordre en revenant à l'école.

Les dernières pages concernent les anniversaires, l'organisation des activités qu'on pourrait faire entre classe et titulaire (auberges espagnoles, sorties...) et un plan de la classe.


En bonus, je te parle d'un document que je remplis à l'ordinateur en conseil de classe. Je fais mes fiches de suivi par élève et non par thématique. De cette façon, je condense toutes les remarques des collègues en conseils de classe à propos d'un élève. J'insère une colonne pour les remarques lors des conseils, j'ajoute aussi 3 colonnes pour écrire les branches dans lesquelles l'élève est en échec, si on lui propose une remédiation ou l'étude et si éventuellement, ses parents sont convoqués à la réunion de parents. =) Sinon, j'ai fait ces fiches de suivi soit en version 1 page A4 par élève (avec les infos générales et ses particularités) soit une double page avec des sections de commentaires pour trois trimestres, aussi bien en conseil de classe qu'en notes en réunions de parents (comme sur la photo ci-dessous).


________________________________________________
V / Notes /

Ouf, nous voici arrivés au bout de cette looooooongue présentation détaillée de journal de bord! (Quand je te disais que c'était un zoom, j'avais pas menti haha) La dernière partie contient tout simplement des pages vierges et des petits intercalaires pour les équipes dans lesquelles je suis active et avec lesquelles on fait des réunions régulières. De cette façon, je garde une trace de nos échanges et c'est toujours à portée de main dans mon journal de classe. =) En tout dernier lieu, j'ai ajouté deux pochettes plastique pour mettre les documents importants ou que je dois perforer en rentrant.


Partage-nous aussi ton organisation pour cette nouvelle année, j'adore lire des articles et regarder des vidéos sur ce sujet!
Si tu as envie de voir ce journal de bord en action, je te laisse avec la vidéo:



Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel article! Bon weekend les amis!