mercredi 7 septembre 2016

Prendre le temps de se remettre au travail

Eh oui, c'est la rentrée. Quel gros mot dans la bouche des enfants! Personne n'a envie de retourner au travail ou à l'école (même si pour moi, les deux ne font qu'un). Et pourtant il faut bien s'y remettre, retrouver le rythme comme on dit... mais quel rythme est-ce que je veux pour cette année?


D'emblée, j'ai envie de m'écrier spontanément: "pas celui de l'an dernier!", c'est sûr. Mais ça n'est pas très éclairant pour le nouveau lecteur qui arrive par ici. Et puis parler de l'expérience négative pour rebondir sur la nouvelle qu'on aimerait créer, c'est assez lourd. Je vais plutôt me concentrer sur l'Avenir. Celui avec un grand A qu'on projette loin loin et qu'on a espoir de voir arriver un jour... sauf qu'il y a des choses qui entrent en application dès à présent. 

Considère ça un peu comme mes résolutions de rentrée puisque, moi, je pense en terme d'année scolaire. Janvier n'est pas du tout le signe d'une année nouvelle, au mieux, c'est le signe que je dois reprendre le sport pour perdre les kilos amassés durant les fêtes... 


D'abord, je souhaite perdre cette espèce d'addiction au travail que j'ai depuis ... ma naissance? J'aime mon travail et j'aime le travail bien fait. J'ai toujours été consciencieuse, attentive et même perfectionniste. Et j'aime travailler avec des gens qui en sont conscients et qui sont capables de gérer mes petites manies et de proposer aussi des trucs de leur côté qui valent le coup. 

Donc oui, le travail j'adore. Cependant, cette année, je dis "oui mais pas trop". 
- "Il y a un peu plus, je vous le mets?
- "Non merci, ça ira." Il faut vraiment que je voie le travail comme cette vendeuse à la boucherie qui essaie de me faire acheter un peu plus de hachis cette année. 

Je dois donc d'abord arrêter de culpabiliser lorsque je ne travaille pas même si je dois encore faire des trucs. Car j'ai toujours des trucs à faire, immanquablement. Et une fois qu'il est 23h et que j'ai fini, je me dis "zut, j'ai encore travaillé toute la soirée". Le stress de ne pas être prête devant les élèves, d'être paralysée et de ne pas pouvoir improviser, de ne pas être capable de gérer peut m'envahir à tout instant. Alors qu'en soi, il ne va rien m'arriver: je sais gérer mes classes, je suis dans une école pleine de gentils élèves et j'entre dans ma troisième année. C'est plus fort que moi et je dois d'abord travailler sur ce stress et cette culpabilité. 




Ensuite, il faut que je trouve quelque chose qui me motiverait à mettre cette culpabilité de côté. Mais si je veux prendre du temps, ce n'est pas pour remplir les cases "travail" de mon planning par une case "loisir" qui aurait aussi un caractère contraignant comme j'ai l'art de le faire. C'est compliqué de prendre du temps pour soi en fait... Plus grand chose ne me fait vraiment envie ces derniers mois. Je continue d'écrire le blog mais j'écris plus pour toi que pour moi. Ça ferait bizarre d'écrire juste pour moi, non? Le blog, c'est du partage, blablabla... tu connais le refrain. Et pourtant, c'est aussi sympa de garder une trace de ce qu'on pense, de ce qu'on a aimé, rien que pour soi. Je continue de lire mais moins qu'avant et pourtant, j'espérais que la chaîne Youtube relancerait cette envie et à la place, une nouvelle lubie est née: le montage. J'adore ça et même si je n'ai pas un programme qui permette de faire des choses complexes (ou alors je ne le maîtrise pas à fond, hem), c'est super gai de voir une vidéo prendre forme et dynamique au fil du travail effectué. Encore une fois, cette histoire de partage me plaît mais j'ai envie de faire un truc pour moi et moi seule.


Enfin, pour arriver à faire tout ça, je dois une fois de plus tenir ma résolution number one de janvier: faire de mon mieux et arriver à m'en contenter. C'est trop difficile pour moi, j'ai besoin d'une vie pour y parvenir! Mais là, je dois tenir bon car ça devient une question qui touche à ma santé et je ne pourrai pas assurer le même rythme que l'an dernier. Du coup, je vais devoir me répéter des mantras du type "ce n'est pas parfait et ce n'est pas grave" ou "tu feras ça l'année prochaine". J'envisage de les écrire à l'intérieur de mon casier à l'école ou dans mon journal de classe pour me rassurer un peu... 


Je pense qu'il est difficile pour quelqu'un qui a toujours été très exigeant envers lui-même de lever le pied, de faire des pauses au bon moment et ne pas attendre d'être à bout pour le faire. La culpabilité resurgit trop rapidement et notre envie de faire notre maximum pour bien réaliser une tâche peut nous pousser très loin. Pourtant, il y a des moments où on prend conscience qu'il y a une série de choses pour lesquelles il faut prendre du temps et une série d'autres sur lesquelles il ne faut pas s'acharner. Cette année, je laisse couler, je laisse le temps filer et je passerai par la petite porte... 






4 commentaires:

  1. Je suis comme toi, pour moi la nouvelle année, c'est début septembre.. Après, je pense que ça sera toujours comme ça tant que je serai à l'école ahah
    J'ai tendance à être perfectionniste aussi, mais, contrairement à toi, j'ai décidé de travailler plus cette année: japonais et MOOC viennent s'ajouter aux cours que je suis déjà au lycée. J'ai soif d'apprendre, qu'est-ce que j'y peux! Le tout c'est de trouver un rythme ^^
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh quand j'étais au lycée, je pouvais gérer les activités en plus, ça allait! Tu vas gérer cette année, c'est sûr! :D Je te la souhaite très riche vu ce que tu as prévu :) Tu comptes partir au Japon dans les années qui viennent?
      Bisous

      Supprimer
  2. En te lisant, j'ai l'impression que tu vois aussi tes loisirs/plaisirs comme des tâches à accomplir - c'est peut-être ça qui t'enlève l'impression de faire des choses rien que pour toi. Peut-être essayer de remplacer "je dois" par "j'ai envie" :) Quand tu lis par exemple, est-ce que tu as la sensation de prendre du temps pour toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois que c'est le fait d'être pris dans cette spirale de choses à faire. Ça fait un peu: "loisirs: check" comme si je parlais de lessive ou de corrections ^^ Même si au final, ça me fait quand même du bien de faire autre chose hein! Pour la lecture, ça dépend des moments. Des fois, je me dis "booon, il faut que j'avance là quand même!" et puis d'autres où je m'y mets par envie réelle.

      Supprimer