mardi 2 février 2016

Plus d'insouciance pour être plus heureuse?

Et si l'insouciance était la clef d'un bonheur durable? Et si l'être humain cherchait toute sa vie à retrouver un bonheur qu'il a un jour connu? Je m'interroge... Le prof' a abordé cette question philosophique du bonheur en cours l'autre jour. Selon Maurice Blondel, l'Homme serait en inadéquation entre ce qu'il désire qui est infini et les choix qu'il pose qui sont finis et limités. Il y a un paradoxe entre les désirs de l'Homme qui aspire à un bonheur toujours plus grand et sa finitude, ses limites qui sont propres à sa nature. 

La réflexion brève aboutissait sur le fait que, peu importe ce que l'Homme choisissait de se procurer pour combler son désir, il ne serait jamais assouvi. Et j'ai réfléchi à toute notre société de consommation, d'instantanéité dans laquelle nous vivons et que je remets souvent en question. 

Au-delà de ça, quand je pense à des instants qui me rendent ou qui m'ont rendue heureuse, j'y attache presque toujours le sentiment d'insouciance, de liberté. Un peu comme lorsqu'on était enfant et qu'un rien nous contentait, que rien ne nous paraissait contraignant ou impossible. C'est un peu la philosophie que je poursuis dans l'écriture des Petits Bonheurs de la semaine, mais pas initialement. 




J'ai soif de plus de liberté, de décider de choses véritablement par moi-même, de me (re)trouver moi-même grâce à de la réflexion, loin de tout ce bruit et ces contraintes. Loin de cette image d'adulte à l'air grave et responsable que j'ai imaginée dans mon esprit. Je cherche à faire des choses qui sont parfois anodines, parfois pas, sans me soucier des conséquences. Trouver une tranquillité d'esprit, une douceur de vivre, une sérénité qui me procurerait du réconfort et une force. 

Je recherche l'insouciance dans mon quotidien qui est submergé par le travail. Je vous parlais il y a quelques mois de l'ennéagramme évolutif et j'y reviens aujourd'hui. Ma base 1 de Perfectionniste fait passer le boulot avant le reste et ça me ronge littéralement pour l'instant. Je sens qu'il est nécessaire de développer un autre pôle de ma personnalité et qu'il est temps de trouver des stratégies de pôle 7, l'épicurien. Cette base est en lien direct avec la mienne et avec la 4 dont je parlais dans mon précédent article


source


En plus de profiter de la vie comme elle vient, j'aimerais vraiment essayer de faire les choses naturellement, spontanément, de manière peut-être moins poussée (et ça rejoint ma première résolution pour l'année hein, tu vois? La boucle est bouclée.) et d'y trouver plus de plaisir. De prendre plus le temps de me poser, de faire les choses une par une, de relâcher la pression, de retrouver un petit côté presqu'enfantin et d'oublier pendant un temps les obligations d'adulte que j'assume encore à moitié pour le moment. Est-ce que le blog et la chaîne m'aident à trouver et entretenir ce côté spontané? Oui je pense, notamment par l'écriture de ce type d'article. Mais il y a aussi cette volonté du travail bien fait derrière qui reste bien présente et qui me procure de la satisfaction pour l'autre aspect de ma personnalité. J'ai envie de ressentir mon esprit libre, sans aucune contrainte, sans me dire "je dois faire une vidéo là, ça fait 3 semaines que je n'ai rien tourné" alors qu'en même temps, je n'ai rien d'exceptionnel à présenter. Je m'impose parfois des contraintes toute seule - comme avec le dernier concours (dont les lots partiront cette semaine! ^^)... 


Le plus difficile est donc de savoir par quoi commencer et comment commencer. Que dois-je faire? Aménager une plage horaire durant ma semaine où je peux retrouver ça au détriment du côté spontané? Cela aurait-il encore du sens? Parce que si je le fais de manière non décidée - ce qui serait le plus logique - est-ce que je suis prête à en assumer les conséquences en prenant du retard dans mon travail? Je ne suis pas sûre de ça... 

Que ferais-tu à ma place? 
Et que penses-tu de la part de l'insouciance dans notre bonheur? 

10 commentaires:

  1. Bonjour ! Je ne peux être que d'accord avec toi : souvent, je me dis que j'étais plus heureuse petite car j'étais insouciante. Quand on prend de l'âge, on découvre la dure réalité de la vie, les petites difficultés du quotidien.

    Je pense aussi qu'il faut remettre un peu plus de naturel et d'envie dans notre vie et ne pas se laisser happer par " je peux pas faire ça ", " j'ai pas le temps ",...

    Ton texte me fait aussi découvrir l'énnéagramme évolutif, je vais faire des recherches !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment l'impression que c'est la sensation que je garde le plus de mon enfance aussi et à laquelle on tente de retourner ^^

      Oui c'est exactement ça. Moi, c'est le "je dois" ou "il faut que"... et ça coupe envie du reste! ^^

      J'ai écrit un article là-dessus (il est linké dans l'article justement) et j'ai été formée par l'auteur du site "croix-sens" si jamais tu veux creuser :-)

      Supprimer
  2. Tu as l'air d'avoir tellement de choses à gérer dans ton travail que je comprends ton besoin de légèreté. Pour ma part, depuis ce début d'année je "m'impose" des moments pour me poser, prendre du temps pour moi etc... parce que si je ne le prévois pas, je ne le fais pas et j'ai tendance à m'oublier ^^" Concernant l'insouciance, à froid je ne sais pas quoi en dire, j'ai eu très jeune des responsabilités donc c'est quelque chose qui me paraît bien loin. Mais je pense que les contraintes n'empêchent pas d'être heureux, tant mieux car il y en aura toujours ! Peut-être qu'il faut aussi s'imposer nos propres contraintes avec modération.
    Belle soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je dois avoir la tête partout en même temps mais je pense que c'est particulier cette année vu que je suis à temps plein et que je dois gérer la formation à côté.
      Haha je connais ça aussi, cet été je prévoyais des plages "loisirs" dans mon agenda sinon je bossais tout le temps x__x
      Oui, des contraintes, on en a tout le temps mais je me laisse souvent submerger et après je suis K.O. parce que je fais passer ça d'abord...

      Bisous, Manon!

      Supprimer
  3. Je me retrouve tout à fait dans ton article! J'ai même eu la remarque de la part de mes profs du cours du soir. Ils me disent que je me prends trop la tête et que ça détériore mon travail. Du coup, j'essaie en ce moment de prendre plus de plaisir dans ce que je fais, avec justement ce côté insouciant et spontané. Pour ça, la méditation quotidienne est un bon allié! Tes petits "bonheurs de la semaine" aussi, j'essaie de le faire chaque soir quand je me sens vraiment en détresse mentale. Mais le problème c'est que tout le côté "timing" et "administratif" de la vie revient vite et est indispensable dans nos quotidiens d'adulte. Je me sens aussi coincée dans cet esprit "je ne peux pas, je dois faire ça pour telle date" et le fautif est tout vu: les cours du soir. Il faut vraiment que j'arrive à reprendre du plaisir dans ce que j'y fais pour que ce ne soit plus une contrainte, mais c'est vraiment dur, surtout quand comme moi, on a plusieurs passions/hobbys et qu'on aimerait tout faire en même temps. Je pense qu'il faut absolument se forcer à prendre du recul sur ce qu'on fait et analyser le positif dans nos actes. Ca aide énormément. Bref, je pourrais en discuter pendant des heures donc je vais conclure ce commentaire en te souhaitant de trouver ton équilibre dans ton travail (qu'il soit pro ou pour le blog) et d'essayer de lâcher prise de temps en temps, ça fait un bien fou! Gros bisous <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rholala oui, c'est galère de vouloir se prendre la tête pour bien faire et puis au final, l'impact est négatif... C'est encore pire je trouve :(

      Comment fais-tu pour la méditation? J'y pense depuis un moment mais je ne sais pas par quel bout prendre le truc...

      Merci beaucoup en tout cas! ♥ ♥ Gros bisous!

      Supprimer
    2. Pour la méditation, j'avais acheté un livre mais ne j'arrivais pas à m'y tenir alors depuis que j'ai un smartphone j'ai téléchargé une application de méditation guidée. Une fois que j'ai terminé la version gratuite j'en télécharge une autre ou alors je reprend la même au début. Je le fais presque tous les jours au même moment (avant de dormir, mais ça c'est moi ^^) et ça m'aide beaucoup à ne pas ressasser toute ma journée et m'empêcher de dormir. Celle que j'utilise en ce moment c'est "Petit Bambou", elle est vraiment bien faite je trouve. J'espère que ça va pouvoir t'aider :)

      Supprimer
    3. Je vais regarder ça alors! Mais je pense que je suis plus "livre" qu' application. Dans ma tête, je dois me déconnecter pour pouvoir méditer. Je creuserai le sujet lors des prochaines vacances :p Merci Lisouille!

      Supprimer
  4. Hello

    Je suis en osmose totale avec ton texte....

    Écris tu as du talent <3

    RépondreSupprimer