mercredi 7 décembre 2016

[Bonheurs de l'Avent] - Jour 7: Les identités meurtrières, un coup de poing littéraire

Nous voici déjà au septième jour de ce calendrier de l'avent! J'espère que jusqu'à présent, tu as fait de jolies découvertes et que tu apprécies le concept. :) Aujourd'hui, je partage avec toi mon dernier coup de coeur littéraire qui n'est autre que les Identités meurtrières d'Amin Maalouf. Peut-être as-tu déjà entendu parler de ce livre quand tu étais à l'école. Je me souviens qu'une de mes amies l'avait choisi en dernière année parmi les lectures proposées en cours de français.

Quoiqu'il en soit, j'ai vraiment été très marquée par cet ouvrage et il me tardait de pouvoir en parler, surtout que je l'ai terminé il y a peu de temps et que c'est encore frais dans ma mémoire.





Titre: Les identités meurtrières
Auteur: Amin Maalouf
Genre: essai
Editions: Le livre de Poche
Nombre de pages: 189



Que signifie le besoin d'appartenance collective, qu'elle soit culturelle, religieuse ou nationale ? Pourquoi ce désir, en soi légitime, conduit-il si souvent à la peur de l'autre et à sa négation ? Nos sociétés sont-elles condamnées à la violence sous prétexte que tous les êtres n'ont pas la même langue, la même foi ou la même couleur ? Né au confluent de plusieurs traditions, le romancier du Rocher de Tanios (prix Goncourt 1993) puise dans son expérience personnelle, aussi bien que dans l'histoire, l'actualité ou la philosophie, pour interroger cette notion cruciale d'identité. Il montre comment, loin d'être donnée une fois pour toutes, l'identité est une construction qui peut varier. Il en dénonce les illusions, les pièges, les instrumentations. Il nous invite à un humanisme ouvert qui refuse à la fois l'uniformisation planétaire et le repli sur la " tribu ".





Dès les premières pages, l'auteur a su capter mon attention. Tout au long du livre, il dissocie peu voire pas du tout les facettes de notre identité et les conflits qu'elles peuvent entraîner. A travers les 4 parties, il développe des aspects tantôt personnels, tantôt historiques souvent avec une grande justesse dans ses propos. 

Je ne peux qu'être d'accord avec le premier problème qu'il évoque lorsqu'on aborde la question de l'identité. Il s'agit généralement de ne faire ressortir que la partie qui dominerait le reste. Or, pourquoi faudrait-il qu'il y ait domination d'une facette sur les autres? Une personne issue de l'immigration italienne aujourd'hui en Belgique doit-elle se sentir plutôt belge ou plutôt italienne? et wallonne ou non? Et pourquoi pas les trois à la fois? La plupart du temps, il s'agit de donner une réponse tranchée car c'est plus facile pour à appréhender pour l'esprit. C'est peu difficile, dans une conversation, d'associer nos différentes facettes pour faire resurgir une identité unique qui nous est propre.

C'est aussi difficile parce que nous faisons partie de groupes et de communautés et que nous nous revendiquons comme des êtres issus de ces groupes. Nous sommes un peu pris à notre propre piège parfois, surtout lorsqu'il y a des discordances entre les opinions. Mais à aucun moment, il ne s'agit de se sentir pleinement adhérent d'une communauté A ou exclusivement de la communauté B. Pourtant, nous ressentons parfois cette obligation d'avoir un avis tranché. 


Amin Maalouf nous entraîne au travers de toutes ces questions complexes et via son expérience et l'Histoire de différents peuples, il nous explique les antagonismes qui ont existé ou qui existent encore à l'heure actuelle, époque de la mondialisation. A ce propos, il développe toute une partie en lien avec ce phénomène économique et social et nos identités. Plus que jamais, il faut s'enrichir de ce que nous trouvons chez nos voisins qui résonne aussi en nous! Plus que jamais, il faut sortir de ce carcan d'identité unique pour envisager une paix et une harmonie relatives. 

L'auteur écrit d'un style fluide et tout à fait captivant. Le fil conducteur de son essai est tout tracé et ne se perd que très peu en chemin et permet des ouvertures dans notre propre réflexion. C'est une des premières fois que je lis ce genre de livre et je n'ai qu'une envie: me plonger dans un autre du genre. Cela change des romans et il ne s'agit pas non plus de littérature informative ou scientifique. Il s'agirait même presque de développement personnel... ! En tout cas, je le recommande vivement à toi qui ne l'as peut-être pas encore lu. Il est court, pas cher et percutant. Fonce!



* Voir les autres articles du calendrier des Bonheurs de l'Avent: *

Jour 7Jour 8 - Jour 9 - Jour 10 - Jour 11
Jour 12 - Jour 13 
Jour 14 - Jour 15 - Jour 16Jour 17 - Jour 18 
Jour 19 - Jour 20
Jour 21 - Jour 22 - Jour 23 - Jour 24
CHRISTMAS! ♥ 

2 commentaires:

  1. Cela fait un moment que je veux lire ce livre : l'actualité 2016 n'y est certainement pas étrangère... Une collègue me l'avait d'ailleurs déjà conseillé il y a quelques mois. J'avais peur qu'il soit trop complexe mais d'après ta chronique, il semblerait que non. Je crois qu'il va entrer dans la liste des livres que je DOIS lire en 2017 ! :)

    Belle journée, :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'actualité est ce qui m'a décidée à m'y plonger aussi et comme toi, j'avais peur du niveau de langage mais finalement, je n'ai eu vraiment aucun problème à suivre. Je pense qu'en plus, quand on lit régulièrement comme toi, ça ne posera vraiment pas de problème =)

      Bon weekend Mag! Bisous :D

      Supprimer