lundi 18 décembre 2017

REVIEW // 10 campings islandais

Salutations petit lutin! Nous voilà retrouvés pour ce dernier article sur l'Islande (enfin!) et il s'agit encore une fois d'un article très pratico-pratique. Dans le précédent, je te donnais mes conseils pour partir en été et à présent, je me dis que ça pourrait être sympa d'avoir des avis sur les campings dans lesquels nous avons logé car Internet et Tripadvisor ne sont pas forcément à jour ou très précis là-dessus. Pour rappel, durant l'été 2017, le cours de l'ISK/Euro était le suivant: 115 ISK ~ 1€


Petit problème majeur dans la rédaction de l'article: je n'ai pas de photos des installations dont je vais te parler. Je n'ai pas pensé à prendre ce genre de trucs en photo quand j'étais sur place donc il faudra être un peu développé du pois chiche pour visualiser la chose... Sorry! ^^



Chaque numéro indique la position approximative des campings sur la carte.


01 - Reykjavík

Prix: 2.200 ISK la nuit par personne, accès aux douches, aux cuisines, à la salle commune et à l'électricité courante (pas pour ton camping car donc).

Avis: Notre première visite au camping fut désastreuse: trop de monde, un temps de merde, des communs surpeuplés avec des gens mal élevés, un petit enfer. Mais la deuxième fois, ça s'est beaucoup mieux déroulé. Il faisait beau, le camping était toujours autant peuplé mais les espaces communs fermés étaient plus accessibles (puisque les gens aiment mieux rester en extérieur). Ce qui est top niveau confort, c'est la cuisine (avec des poêles, des petites casseroles, des assiettes, etc.) qui est équipée avec les restes des précédents voyageurs. Par exemple, on y retrouve mille pots de sel, de l'huile, etc. Donc avant d'aller faire vos courses, vous pouvez aller là-bas, dans les paniers qu'on met à disposition et faire votre marché. Il y a la même chose pour le papier toilette, les bonbonnes de gaz, les chaussures (beurk... *avis personnel*), le matos de camping... Le plus cher mais l'incontournable!

02 - Leirubakki

Prix: 1.100 ISK par personne la nuit, accès aux douches compris.

Avis: Pas d'espace réellement commun dédié au camping si on excepte la petite cafétéria reliée à l'hôtel mais les sanitaires sont vraiment pas mal, gratuits, il y a de l'eau chaude et même carrément une piscine naturelle d'eau chaude à disposition! C'est le meilleur rapport qualité/prix qu'on ait trouvé de tout le séjour! Le seul bémol, c'est qu'il y a seulement deux douches pour tout le camping (une pour les hommes, une pour les femmes) donc il faut bien choisir son timing. A part ça, aucun minutage imposé pour la douche et ça c'est top! 

La piscine de Leirubakki - alimentée en eau chaude naturelle

03 - Vík

Prix: 1.500 ISK par personne la nuit, 200 ISK la douche

Avis: Ce camping a été le premier du séjour avec une salle commune accessible. On en a bien eu besoin quand on voit le périple que nous avons traversé pour y arriver. Le camping est organisé autour d'une structure hexagonale avec plusieurs parties dédiées à un usage particulier. La salle commune est assez bien équipée avec du wifi, des prises accessibles, des éviers, des grilles pains, une bouilloire mais pas de taques de cuisson. Chacun avait son réchaud et son équipement de cuisine pour se faire à manger. La douche est un peu rudimentaire et la porte de la mienne fermait mal avec un simple rideau de séparation avec ma voisine. Le plus embêtant restait les courants d'air dus à la structure et au toit en tôle qui laissait passer un peu de vent. Les deux minutes de douche sont indiquées sur une affiche placardée au mur mais il n'y a pas de compteur d'eau qui s'éteint automatiquement. En revanche, il nous est demandé de ne pas abuser de l'eau pour que chacun puisse en avoir (de l'éducation et du bon sens quoi). Le personnel avait tendance à faire confiance car aucun contrôle n'a été fait et nous avons simplement dit que nous avons pris une douche le matin, avant de repartir, pour la payer. 
La voiture ne peut être laissée à côté de la tente, elle doit être laissée sur le parking.


04 - Höfn

Prix: 1.650 ISK par personne la nuit + 50 ISK par douche (2 min.)

Avis: Ce camping est grand, disposé sur plusieurs niveaux et avec des emplacements réservés aux campings cars. La voiture peut être laissée à côté de la tente, ce qui est bien plus pratique quand on doit replier la tente tous les jours. Il y avait une salle commune ouverte et une fermée, pas très grande donc très souvent occupée. Heureusement, il a fait suffisamment beau et bon pour que l'on puisse rester dans l'espace commun extérieur où se trouvait un évier avec du matos de cuisine (assiettes, casseroles, etc. pour se faire à manger, disponible en prêt tant que tu nettoies ce que tu utilises - logique et du bon sens encore une fois donc). Cette fois, la douche était totalement isolée en dur, avec un compteur d'eau et était propre, avec une raclette pour qu'on puisse racler le sol pour faire du propre pour la personne suivante. Mais à nouveau, il n'y avait qu'une seule douche du côté femme pour tout le camping... 

Vue du camping d'Höfn



05 - Atlávik

Prix: 1.400 ISK par personne la nuit + 100 ISK de taxe (peu importe le nombre de personnes), aucune douche.

Avis: Situé dans la forêt d'Hengifoss (la seule sur l'île), c'est un des campings que j'ai préférés malgré l'absence de douche. L'environnement est idéal pour y passer des vacances, le prix est correct et il y a quand même des sanitaires pour faire sa vaisselle, aller aux toilettes, se laver à l'évier... Situé au bord du lac et parmi les arbres, nous y avons croisé des familles qui venaient y passer leurs vacances d'été, très peu de touristes comme nous finalement (et quand on voit le comportement de certains, c'était pas plus mal, vraiment!). Si on retourne de ce côté de l'île, on ira là, c'est certain. ♥

Vue sur le lac depuis le camping d'Atlávik


06 - Asbirgy

Prix: 1.700 ISK par personne la nuit, 500 ISK la douche (5min.) + machine à laver (500 ISK) et cabines à sécher

Avis: Un des plus grands campings auquel nous soyons restés et un des plus chers! Pour y arriver depuis Dettifoss, il faut parcourir une route très caillouteuse sur une trentaine de km (pas du tout goudronnée donc fais gaffe si tu loues une voiture de ville comme nous). Le camping se situe dans une falaise en forme de fer à cheval, ce qui peut avoir un certain charme si ça ne répercutait pas tous les sons...! Nous nous étions mis en bord de falaise, le plus éloignés possibles des voisins les plus proches pour avoir la paix mais les bruits se répercutaient en écho donc au final, nous aurions pu nous installer plus proches du bloc sanitaire... ^^ Aucune salle commune mais des infrastructures sanitaires au top (elles peuvent bien vu le prix auquel on doit les payer!). La douche se fait à nouveau sur compteur: il faut insérer les pièces dans la machine qui fait couler l'eau pendant 5min sans interruption, pas très pratique pour ne pas en gâcher mais on en profite jusque la dernière goutte. Le gros avantage de ce camping, c'est la machine à laver. Comme nous arrivions à la moitié du séjour, c'était le point incontournable pour donner un coup de frais à nos vêtements sales. 


07 - Hlid 

Prix: 1.750 ISK par personne par nuit, douches comprises

Avis: Je crois que c'est un des campings qui m'a le plus déçue du séjour... Autour du lac Myvátn, il n'y a que 2 campings renseignés par le Routard: celui-ci et le Bjarg. Gros problème du Bjarg: les mouches. Honnêtement, c'était une infection, il y en avait des nuées qui nous collaient dès qu'on sortait de la voiture. Personnellement, ça nous aurait trop énervé d'avoir affaire à des mouches collantes pendant 2 jours donc nous n'avons pas vraiment eu le choix du camping ^^ 
Les circonstances dans lesquelles nous sommes restés au Hlid n'ont pas joué en leur faveur: il n'y avait pas d'eau chaude durant les deux jours où nous sommes restés car le tuyau d'approvisionnement avait lâché et la Ville travaillait dessus pour le réparer... Ça + le fait que le camping réclamait 100 ISK pour profiter d'une prise (afin de recharger n'importe quoi), ça ne me donne pas très envie de leur donner un bon avis. Une salle commune est disponible pour manger avec des taques de cuisson, les sanitaires sont en "dur" et propres. 


08 - Hvammstangi

Prix: 1.200 ISK par personne par nuit, sans douche (mais 200 ISK la douche à la piscine communale)

Avis: Le camping est très vaste et une partie est réservée aux tentes. La salle commune est en dur et est chauffée avec un petit coin cuisine et wifi prévu dans le prix de la nuit, avec environ 9 tables. Un évier à l'extérieur est aussi disponible et des toilettes, accolées au bâtiment. En revanche, point de douche mais la piscine communale fait un prix pour les campeurs qui annoncent venir simplement prendre une douche et ne pas profiter de la piscine (en plein air svp!).

Les phoques - attraction principale de la péninsule de Vatnsnes

09 - Stykkisholmur

Prix: 1.400 ISK par personne par nuit, douches comprises, + 100 ISK de taxe

Avis: Nous avions prévu de rester deux nuits à Hvammstangi mais finalement, nous avons repris la route et le soir suivant, nous nous sommes arrêtés à ce camping sur la route dans notre parcours de la péninsule de Vatnsnes. Au bord d'un terrain de golf (il faut le savoir quand la tondeuse matinale démarre! ^^), le camping est vaste et plat. Il n'y a pas de salle commune et les douches sont à l'air libre, dans un coin du bloc. Les toilettes, elles, sont à l'abri et une vaste toilette PMR m'a permis de me laver à l'évier car il faisait bien trop froid pour que je me lave à l'air libre. ^^


10 - Eldborg

Prix: 1.200 ISK par personne par nuit, 700 ISK accès aux douches et à la piscine


Avis: Le camping est attenant à l'hôtel du même nom. Ils possèdent en fait un très grand jardin dans lequel des campeurs installent leur tente ou leur camping car. Une toute petite salle est accessible en sous-sol depuis l'arrière de l'hôtel pour profiter d'une petite table, de deux chaises, d'un réchaud avec deux plaques et d'un évier. Sur la route, nous avions pu profiter d'une superbe piscine naturelle/source chaude (à Lyusdal) donc nous n'avons pas essayé les infrastructures sanitaires de l'hôtel... 


Nous arrivons donc au bout de ce dernier article islandais. Au total, pour deux, sur 14 nuits de campings, nous en avons eu pour 46.550 ISK, soit environ 400 J'avais envie de conclure par le fait que les campings ont l'air d'être chers mais ce n'est rien à côté des guests houses ou des hôtels... L'avantage de ce mode d'hébergement, c'est que la réservation n'est pas indispensable et que le voyage peut être bien plus flexible. Au final, moi qui n'avais jamais campé en tente, je m'en suis bien sortie avec l'équipement que nous avions prévu. Si tu as encore des questions sur la préparation de notre voyage, tu peux aller voir les articles précédents et/ou me poster un commentaire ou m'envoyer un e-mail pour avoir plus d'informations!




A bientôt pour de nouvelles aventures! ▲


mercredi 13 décembre 2017

Routine Slow cosmétique pour peau mixte et sensible

Salutations mes petits lutins! Aujourd'hui, c'est un rendez-vous beauté qui nous réunit et c'est plutôt une bonne nouvelle. Malgré tout mon parcours avec les cosmétiques depuis mon adolescence, lorsque j'ai ouvert ce blog il y a 2 ans, ma routine visage n'était pas fixée. J'ai essayé beaucoup de produits différents ces 8 dernières années et j'ai la satisfaction ronflante de pouvoir dire que j'ai trouvé ma routine bio, naturelle, slow cosmétique depuis quelques mois. J'en ronronnerais presque, je te jure.




Je ne vais pas partir dans une digression monumentale des produits que j'ai essayé ces dernières années, ce serait inutile. Ce qui me posait le plus question et le plus problème dans la stabilisation de mes soins, c'était l'hydratation. J'ai utilisé pendant très longtemps la crème Boréade R (le soin réparateur apaisant pour peaux acnéiques) des laboratoires Noviderm. Elle n'était pas bio mais la composition me convenait et surtout, surtout: elle m'hydratait la peau sans lui donner de boutons. 

Pendant des années, j'ai lutté contre mon acné et il m'arrive encore d'avoir quelques boutons et imperfection aujourd'hui (qui me gênent de moins en moins d'ailleurs). Cela dit, je dois avouer que l'état de ma peau s'est amélioré et stabilisé depuis cet été lorsque j'ai commencé à faire deux choses. 

Premièrement: j'ai arrêté/nettement diminué l'application de fond de teint

Le pari était gros de partir en vacances sans maquillage l'été dernier. Et finalement, cela m'a aidée à mieux m'accepter au naturel, supporter le regard des gens (qui n'existait pas en fait) et à laisser vivre ma peau ses trucs de peau. Je sais qu'on dit toujours "Oui mais ce qui importe, c'est de bien se démaquiller". Certes, c'est important mais je vois une différence entre le mois de juin et aujourd'hui. Car j'ai continué à ne pas me maquiller ou peu me maquiller le teint lorsque nous sommes rentrés d'Islande et globalement, ma peau s'en sort bien. Alors je continue! :) 


Deuxièmement: j'ai trouvé ma routine

C'est pour ça que tu as cliqué sur le titre après tout, donc je te donne ce que tu recherches. D'abord, sache que je fais exactement la même chose matin et soir. Il se peut que quelques fois, je divague ("vague!") et je change le produit nettoyant/démaquillant mais le reste ne varie pas (je n'ai rien d'autre, c'est aussi en partie pour ça haha).

Fun ethic Bioflore


Le nettoyage/démaquillage se fait avec un coton démaquillant bi-face Les tendances d'Emma (dont je t'ai parlé dans cet article) et l'eau micellaire Avoir 20 ans de Fun'Ethic. L'énorme avantage de ce produit, c'est qu'il est bon marché et très doux pour ma peau mixte et sensible. L'autre avantage de ce combo gagnant, c'est la réduction des déchets dans la salle de bain puisque je ne remplis plus la poubelle avec les cotons Demak'up.  

Le rinçage se fait avec beaaaaucoup de sprays d'hydrolat de lavande de la marque Bioflore que j'achète directement au format 1L, commandé exprès pour moi par l'adorable vendeuse de chez Mahalo à Liège. Je n'utilise pas d'eau du robinet à cause du calcaire, véritable infection dans l'eau de ma région... 

Enfin, l'hydratation se fait sous la forme d'un oléogel. Ma peau a tendance à la déshydratation et à la formation d'imperfection donc j'ai mixé mon gel d'aloe vera (pour l'hydratation) avec de l'huile de nigelle (pour la nutrition et la lutte contre l'acné), tous deux de la marque Bioflore de nouveau. [ J'en profite pour glisser que Bioflore est une marque belge, slow cosmétique de très grande qualité et que vous pouvez tester leurs produits les yeux fermés. ♥ ] Je mets 3 gouttes au creux de ma main et j'ajoute une demi-pompe d'aloe vera avant de mélanger les deux produits et de l'appliquer sur le visage. Parfois, lorsque ma peau fait quelques caprices, je n'utilise que l'huile (3 gouttes) deux ou trois soirs d'affilée. Le matin, je la mélange toujours avec de l'aloe vera, ce qui permet une bonne absorption rapide du produit par la peau et l'application de maquillage derrière si je le souhaite. 

... Et c'est tout! Pas besoin d'en faire des tonnes avec 8 couches de produits pour arriver au résultat qu'on espère. Je suis vraiment ravie d'avoir trouvé ces produits en combinaison parfaite.

L'hiver arrive et le froid aussi. Par conséquent, j'adapte un peu cette routine en ajoutant de l'huile d'argan le soir (toujours Bioflore) et pour les quelques petits boutons persistants qui pointent le bout de leur nez en cette saison, j'ai prévu de tester un soin spécifique Sdk... Je vous en reparlerai... ;)


# Où trouver ces produits? Clique sur les liens pour avoir accès aux fiches produits et pour commander sur la Marketplace Slow cosmétique ↓


Quelle est ta routine de soin? Utilises-tu des produits bio/slow? Quelle a été ta dernière révélation soin?

dimanche 26 novembre 2017

Petits bonheurs d'Automne 🍁

Avant que l'hiver n'arrive et n'infiltre nos vêtements par des courants d'air sournois, se glissant sous nos multiples couches savamment disposées, j'avais envie de revenir sur mes petits bonheurs qui ont fait cette saison d'automne. Je suis beaucoup plus adepte du printemps et de l'été mais l'automne sait aussi me charmer avec ses doux rayons de soleil, ses matins clairs et ses feuilles rouges-orangées envahissant les parcs de Liège. 



Depuis le mois de septembre, j'ai pris beaucoup de plaisir à faire revivre ma chaîne youtube et à remarquer que mes abonnés sont de plus en plus nombreux (876 aujourd'hui!!). Je prends donc aussi plus de temps pour lire afin de l'alimenter et le cercle est vraiment vertueux. ♥ 


En privatisant mes réseaux sociaux, je me suis rendu compte que j'étais beaucoup plus à l'aise car j'ai un oeil sur qui peut regarder mes publications ou non (bye bye les comptes russes chelous). Je vérifie chaque demande et ça me permet aussi de découvrir de jolis comptes et ça me touche qu'ils aient d'abord voulu s'abonner à mon compte. =)


J'ai adoré visiter Southampton en allant voir ma petite Panaïs à la fin du mois d'octobre. ♥ L'aller a été compliqué mais le temps sur place a été idéal et puis ça m'a fait drôlement plaisir de revoir cette amie qui m'avait très fort beaucoup manqué. ♥ ♥ (Cet article sera placé sous le signe des petits coeurs oui


Petits Bonheurs d'Automne à Southampton

Octobre, c'était aussi l'occasion d'une balade dans les bois pour ramasser des châtaignes et des feuilles mortes pour faire une jolie déco d'automne. C'était aussi le temps de la foire de Liège avec ses croustillons et ses lacquemants qui se réchauffent au petit déjeuner avec une tasse de thé. Les salades fraîches ont laissé la place aux gratins et aux raclettes pour le plus grand déplaisir de mes pantalons. J'ai aussi découvert le paprika fumé depuis ma visite à Southampton et désormais, j'en mets dans tout! 

Cet automne a aussi vu ma deuxième participation au challenge "Femini-Books" qui me plait toujours autant et grâce auquel j'ai fait de très belles découvertes, surtout au niveau bloguesque! Je me suis aussi lancé dans le défi du Pumpkin Autumn Challenge pour lequel je n'ai pas encore lu tous les livres prévus (il faut s'activer un peu là!).



Niveau écriture, j'ai laissé tomber mon carnet orange ce mois de novembre mais je me suis procuré un nouveau Leuchtturm 1917 (dans un superbe bleu) afin de consigner mes mémoires d'enseignante. Le temps file à une vitesse extraordinaire et je suis déjà dans ma quatrième année. Mes débuts sont à la fois mouvementés et stables, ce qui est paradoxal. J'avais envie de consigner des souvenirs de mes états d'âme, de mes débuts et de mes fins d'année scolaires. 


Il y a eu encore tant de choses mais je vais m'arrêter là. Le blog s'est un peu assoupi en cette période automnale alors que l'année dernière, je commençais à préparer avec frénésie mes petits bonheurs de l'Avent. Cette année, j'ai envie de m'occuper davantage de la chaîne mais des articles resteront prévus d'ici peu alors n'hésite pas à repasser par ici et me faire un petit coucou.  


Qu'est-ce que tu as aimé en automne cette année? 


mardi 17 octobre 2017

L'équilibre apporté par la reprise du sport dans ma vie

On le voit à peu près partout sur Instagram avec le lifestyle healthy qui te matraque la figure à coup de hashtags #fitness ou #perfectbody . Calmons-nous, détends-toi, ce n'est pas du tout de ça dont je vais te parler aujourd'hui. A dire vrai, je ne suis personne qui fasse ce genre de selfies, je tombe dessus par hasard parce que mes contacts y réagissent ou les partagent. (J'ai envie de dire: "non, moi, je suis des vraies personnes." mais ce serait médisant.

A vrai dire, je ne pensais pas un jour parler sur ce blog d'activité sportive. Tout le monde sait que pratiquer un sport est bon pour la santé et pourtant, un Belge sur deux est trop gros titraient encore LeSoir et la RTBF il y a quelques années. En ce qui me concerne, j'ai arrêté de pratiquer du sport à 17 ans pour ne le reprendre que vers mes 25 ans de manière régulière. Mon excuse? Le travail et la fatigue. (Bon, ok ça fait deux excuses.) De fait, je m'enrôle facilement dans un cercle vicieux qui me fait travailler et délaisser tous les autres aspects de ma vie, même l'activité physique. 


Photo by Ryan Moreno on Unsplash

Mais il y a quelques mois, j'ai lu un article sur la reprise du sport (si je retrouve le blog, je te le mettrai en lien car il était vraiment top mais je ne remets pas la main dessus) et l'auteur y expliquait qu'il fallait de vrais objectifs pour s'y mettre. Qu'un truc vague comme "être en bonne santé" ne suffisait pas pour tenir sur la longueur. A cette époque, j'avais l'envie mais pas la motivation. Pour preuve, dans mon carnet de développement personnel, j'avais indiqué "m'inscrire à la salle de sport" dans les objectifs de mars et d'avril ... pour finalement le faire début mai! Le déclic? La réservation des vacances en Islande cet été. On avait prévu de faire de la marche et le tour de l'île. Quand j'ai posé les yeux sur mes cuisses toutes flubby, je me suis dit qu'une remise en condition physique ne pourrait que me faire du bien. 

Au départ, j'avais donc un objectif purement physique. Pas de kilos en moins, juste une meilleure condition physique. Et petit à petit, les effets sur le moral ont commencé à pointer le bout de leur nez aussi, sans qu'ils ne soient recherchés. J'ai repris le sport en pratiquant des cours collectifs (Tae bo et zumba), l'un seule, l'autre avec une amie. Ça a été difficile les premières fois, mon corps était fatigué, rouillé par le manque d'activité et d'efforts, il était devenu paresseux. Mais il n'avait pas oublié ce bien-être qu'on ressent après le sport, une fois qu'on est sous la douche bien chaude pour évacuer tous les restes de stress et de transpiration. Cette sensation d'accomplissement une fois qu'on est arrivé au bout d'1h intensive de tae bo et qu'on a eu mal pendant les exercices et qu'on a voulu arrêter 10 fois mais qu'on a continué parce qu'on est en groupe (et que ce serait la loose de se barrer au milieu du cours aussi).

Au bout du compte, les semaines passent, les entraînements s'enchaînent et je me surprenais à avoir envie d'y aller. A la fin de l'année passée, j'avais hâte de m'y rendre pour évacuer mon stress, pour faire autre chose en dehors de ma peine quotidienne, voir d'autres personnes, assumer plus facilement mon corps, voir mes cuisses se raffermir, me dire qu'en voyage, j'arriverais peut-être bien à tenir le coup finalement... Voir que le sport a réintégré ma vie me donne l'impression que la balance penche du bon côté, que je suis sur une meilleure pente qui me permet de voir la vie du bon côté.

Désormais, ma routine sport est relativement bien établie et j'adore m'y rendre. Je pense que c'est important de prendre soin de son corps et de son mental à travers ce genre d'activité pour agir sur notre métabolisme. Je ne sais plus dire pourquoi j'avais arrêté d'ailleurs... ! Grâce à mes deux à trois heures par semaine, je suis en meilleur forme, de meilleure humeur, j'ai plus d'énergie et j'ai rencontré de nouvelles personnes!


Et toi, tu pratiques du sport? Quels sont les bienfaits que tu recherches avec ton activité physique? 



lundi 9 octobre 2017

Vidéo Book Haul - Mes achats de l'été 2017 et réflexions de consommation

Bon, je vais faire une petite confession. Le book haul est un sujet sensible dans mon petit programme "minimalisme et zéro déchet". D'un côté, j'en regarde de temps en temps chez les copains/ines booktubers/euses pour faire des découvertes, être sûre de ne pas être spoilée et de l'autre, je trouve que ça pousse un peu à la consommation et ça fait un peu étalage en mode "regardez tout ce que j'ai!". J'étais en réflexion depuis plus d'un an (d'ailleurs, la date de mon dernier book haul remonte à automne 2015, ça veut tout dire) mais j'ai eu envie de faire cette vidéo à propos de mes achats de l'été. 



Je me suis rendue compte de l'étendue des dégâts seulement quand j'ai tout rassemblé pour tourner la vidéo. 20 livres, je trouve ça énorme, surtout que j'en lis entre 3 et 4 par mois donc c'est clairement plus que ce que mon rythme de lecture n'arrive à suivre. Si je me compare avec certains booktubers qui ont entre 10 et 15 livres par mois, ce n'est pas tant que ça puisque c'est étalé de mai à fin août mais ça me semble quand même être bien trop important. Comment est-ce que vous gérez vos achats de livres, vous? Plutôt acheteurs/euses compulsifs/ives ou modérés/ées?


En attendant, je vais quand même vous laisser avec la vidéo tournée mi septembre ^^ En-dessous, je vous liste les ouvrages que j'ai cités dedans.


En termes de romans, j'ai parlé de :

- Djinn, Jean-Louis Fetjaine
- L' Assassin Royal (tomes 2 à 4), Robin Hobb
- Mon petit Bled au Canada, Zarqa Nawaz
- La Servante écarlate, Margaret Atwood (en pleine lecture actuelle !)
- Les Outrepasseurs 4, Cindy Van Wilder
- Quand je serai grande, je changerai tout, Irmgard Keun
- Pour que tu sois mienne, Sara Farizan
- Ma Reine, Jean-Baptiste Andrea
- L'art de perdre, Alice Zeniter
- Les Huit montagnes, Paolo Cognetti (♥♥♥)
- Les fiancés de l'hiver (La passe Miroir t.1), Christelle Dabos
- Ces rêves qu'on piétine, Sébastien Spitzer

En manga, j'ai cité:

- Sangsues t.2, Daisuke Imai

En divers, j'ai cité :

- 100 recettes végétariennes, Hachette cuisine
- Famille zéro déchet, ZE guide
- 100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques, Gavin Reid et Shannon Green
- Aider les élèves à apprendre, Gérard de Vecchi
- Soyez un stressé heureux, Elisabeth Couzon et Françoise Dorn


Si vous avez envie de faire une ou plusieurs lectures communes avec moi pour découvrir certains ouvrages, ce sera avec très grand plaisir, n'hésitez pas à me le demander! :) 



Et vous, quels ont été vos derniers achats livresques? 
Comment gérez-vous vos pulsions d'achats livresques? ^^ 


dimanche 1 octobre 2017

Quelques victoires écolo faciles dans ma salle de bain

Ça fait un bail qu'on n'a pas parlé de beauté toi et moi, hein? Bon, pour cette fois, ça va être un peu plus de pratico-pratique que des paillettes avec mes dernières belles découvertes mais j'en suis quand même trèèès contente. On peut dire que depuis la slow cosmétique, je suis dans une démarche qui vise davantage le zéro déchet et si tu cherches aussi quelques petites astuces, ce qui suit devrait t'intéresser.



La brosse à dents
D'une belle grosse brosse à dents en plastique avec des petits picots high tech (on en fabriquerait 5 milliards par an apparemment!), nous sommes passés à une brosse à dents toute simple en bambou. Au départ, j'ai essayé celle de la marque HydroPhil mais la prise en main n'était pas top et la forme de la brosse ne me plaisait pas trop non plus alors j'ai changé pour la marque Humble Brush qui me convient parfaitement. Comme j'ai la même que le chéri, j'ai choisi celle avec les poils bleus. Peut-être que ça a une incidence sur la biodégradabilité de l'objet, je devrais me renseigner là-dessus...! 

Il faut un peu plus insister pour aller dans tous les interstices des dents et derrière la barre qu'il me reste de mon appareil dentaire mais les poils sont doux et ne me font pas saigner des gencives. 


Le dentifrice
Nous sommes actuellement en grosse recherche d'un dentifrice bio. Là-dessus, le titre de mon article est un peu menteur mais c'est facile de trouver des marques en magasins ou sur internet pour tester plusieurs dentifrices ...  trouver chaussure à son pied en revanche... ^^

Jusqu'à présent, nous avons essayé celui au green tea et mint d'Urtekram, le menthe poivrée d'Argiletz, le Crystal de Pachamamaï et encore un autre dont je ne me souviens pas, là, comme ça. Pour le moment, on essaie celui de la marque allemande Apeiron eeeet ... aucun ne me convient vraiment (c'est moi la chieuse dans l'histoire, oui). Côté mousse, ça va plutôt bien pour chacun, le lavage se fait sans trop de difficulté. Là où ça coince pour la plupart, c'est la liquidité du produit une fois brossé en bouche. Ça dégouline de partout pour presque tous sauf pour l'Argiletz mais qui, lui, a le sacré désavantage d'être alcoolisé. Du coup, tu as l'impression de te laver les dents avec un shot de vodka. Mmh. 

Côté efficacité et goût, celui qui me conviendrait le plus est celui de chez Pachamamaï mais le prix est vraiment trop excessif pour du dentifrice je trouve... Surtout pour un si petit pot. 
Alors pour le prochain test qu'on fera, on se penchera peut-être bien du côté de la recette proposée par la famille Zéro-Déchet. A voir. Si tu as des conseils à me donner à propos d'une pâte à dents génialissime, tu peux me les donner en commentaire, je prends tout! 


Les cotons tiges
Vous allez croire que je me suis mise à l'oriculi mais pas du tout! ^^ J'ai essayé pourtant mais je ne suis pas fan, je ne sais pas pourquoi. J'aime bien la sensation du coton-tige dans mon oreille. Et puis je peux l'humidifier pour les nettoyer. Du coup, chez Delhaize, on a trouvé ces cotons tiges 100% biodégradables fabriqués sans plastique. Ça n'est pas zéro déchet mais on peut les mettre dans notre poubelle verte qui part au compost lors du ramassage des poubelles. C'est toujours mieux que rien pour l'instant. :) 


Les cotons démaquillants 
Ah là, c'est un terrain davantage connu si tu t'intéresses au zéro déchet. Les cotons démaquillants lavables, ça a été toute une recherche pour moi car même les plus doux m'irritaient la peau (eucalyptus, bambou...). Cependant, il y a quelques mois, lors de l'event Slow Cosmétique à Bruxelles, j'ai découvert une nouveauté des Tendances d'Emma: les disques en coton bi-face avec un côté molletonné et un côté classique. Ils étaient vraiment géniaux: le côté molletonné est le plus doux  que j'aie trouvé pour ma peau sensible et le côté classique pour nettoyer les yeux. Wait... "étaient"? Oui... Parce que depuis, j'en ai commandé sur Sebio et ceux que j'ai reçus étaient bien différents. Beaucoup plus épais, absorbant plus de produit et rejetant des petites particules noires qui ressemblent à des micro-cailloux ... pas du tout pratiques pour ma peau vous l'aurez compris. J'ai envoyé un message à la marque pour lui poser ces questions dimanche 9 juillet et j'attends encore la réponse... Je les ai relancés sur Instagram durant les vacances mais c'est silence radio. Le service client n'est donc pas des plus respectueux ni des plus efficaces...




En attendant, j'utilise les autres que j'ai reçus et qui me conviennent parfaitement! J'espère en retrouver des identiques à l'avenir car ils sont vraiment top et je ne pourrai pas tourner avec 4 cotons démaquillants lavables toute ma vie. ^^ 

L'hydrolat
Comme j'utilise l'hydrolat de lavande de chez Bioflore en quantité industrielle, je cherchais à arrêter d'acheter des flacons de 200ml. Du coup, je suis passée à celui d'1 litre, ce qui me coûte bien moins cher. Je remplis donc mon flacon en verre à chaque fois qu'il est vide. En plus, je le conserve au frigo et par les températures d'été, il n'y avait rien de plus plaisant à utiliser! :) (Bon là, c'est l'automne mais il reste quand même au frigo)


Petit bémol/questionnement: le flacon d'un litre est fait en plastique coloré alors que les flacons de 200ml sont faits en aluminium. Lequel est vraiment le moins polluant? Sachant qu'il faut 5 flacons en alu pour avoir l'équivalant d'un gros flacon en plastique d'1L. Si tu passes par là et que tu as la réponse, je suis très intéressée de l'avoir!



Et toi? Quelles sont les victoires écolo que tu as envie de partager? 




vendredi 22 septembre 2017

Lecture | Pour que tu sois mienne - Sara Farizan

Salutations les amis! On se retrouve aujourd'hui sur le blog pour parler de littérature avec une romance LGBT que j'ai lue dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge. J'attendais ce livre avec tellement d'impatience que je l'ai commencé dès que je l'ai reçu et il fallait donc que j'en parle rapidement alors je m'exécute! 



| Informations générales |

  • Titre: Pour que tu sois mienne
  • Auteur: Sara Farizan
  • Editeur: Milady (poche)
  • Nombre de pages: 286
  • Résumé
Sahar vit à Téhéran. Elle est amoureuse de sa meilleure amie depuis toujours. Pour combler le fossé social qui les sépare, elle travaille dur dans l’espoir de devenir médecin. Le reste du temps, elle prend soin de son père, muré dans le silence depuis la mort de sa femme. Lorsque Sahar apprend les fiançailles de Nasrin, son rêve s’effondre. La cérémonie aura lieu dans trois semaines, sauf si elle trouve une façon d’empêcher ce mariage. Mais en Iran où l’homosexualité est punie par la peine de mort, si elle veut s’unir à une femme, elle n’a d’autre choix que de devenir un homme. Encore faut-il qu’elle accepte de se faire « réparer », et qu’elle entame la métamorphose sans laquelle son union serait jugée contre nature.


| Mon avis en vidéo |

J'étais tellement enthousiaste lorsque j'ai commencé cette lecture que j'ai ressenti le besoin de parler de ma lecture une fois qu'elle a été terminée alors j'en ai tourné une vidéo avis. Si seule la partie "avis lecture" t'intéresse, tu peux sauter et aller directement à 1:36. :) 




Et toi, qu'en as-tu pensé? Il te fait envie? 
Tu as d'autres romances LGBT un peu plus développées à me conseiller?

samedi 16 septembre 2017

SEPTEMBER | Retour de rentrée, dernières nouvelles et petits bonheurs

Salutations les amis! Cela fait longtemps que je n'avais pas pris le clavier pour vous écrire par ici après une vraie reprise en main pour l'été. Je reviens donc pour vous donner des nouvelles et vous expliquer comment je vais gérer cet espace cette année - ou du moins comment je vais essayer. 



Fin août, je me suis posé des questions sur le blog parce que des élèves étaient tombés sur ma chaîne Youtube. J'ai donc privatisé mes réseaux sociaux et j'avais mis le blog en lecture privée, le temps de décider si je mettais des articles trop personnels hors ligne ou pas. Et depuis, je n'ai plus ouvert Blogger alors que, paradoxalement, j'ai repris le tournage et le montage de vidéos. 

J'avais en projet de mettre à jour ma chaîne de manière plus régulière avant que la découverte par mes élèves ne se produise mais je n'avais pas prévu de laisser le blog de côté. J'ignore si des élèves prennent la peine de me lire sur le blog ou s'ils regardent juste la chaîne mais je me sens un peu embêtée pour ce que je publie ici car les articles sont plus personnels. Je n'ai malheureusement pas de "contrôle" sur mes lecteurs donc je reste dans l'incertitude, ce que je déteste. 

L'exercice de lâcher-prise serait une bonne idée et l'occasion est à saisir vous me direz, mais je ne sais pas si j'ai envie de continuer les articles perso en sachant que je me livre plus ici qu'en vidéo lorsque je parle de livres... Bref, c'est encore en réflexion mais il fallait que je vous donne des nouvelles et donner signe de vie quand même, j'en avais besoin. ^^




Ma rentrée s'est très bien passée, j'ai découvert mes classes, on a commencé à bosser dans la joie et la bonne humeur et j'apprécie beaucoup ça. J'ai donc été pas mal occupée ces dernières semaines, surtout que je suis toute seule à la maison donc c'est aussi une organisation différente mais tout devrait rentrer dans l'ordre très bientôt. 

La reprise de la chaîne m'a pas mal motivée à lire et à partager plus sur mes lectures via Instagram notamment et l'achat d'un nouveau téléphone m'a permis d'avoir accès à l'appli officielle et ... aux Instastories :D Tous les matins, je prends donc des nouvelles des personnes que je suis en prenant mon petit déj'. La vidéo sur mon organisation de prof' a eu un franc succès je trouve et ça me met aussi en joie. =) 

J'ai donc beaucoup tourné et monté des vidéos dernièrement et c'est compliqué de gérer le blog et la chaîne en simultané. (Ce n'est pas mon métier, je rappelle ^^) Du coup, je pense qu'à l'avenir, j'essaierai de publier 4x sur le blog et 2x sur la chaîne par mois, en sachant que je relaie ici les vidéos qui paraissent sur la chaîne, avec des détails supplémentaires. Concernant le contenu du blog, je l'oriente toujours autour du feel good au naturel et le prochain article que je vous prépare concerne ma routine soins visage 100% slow cosmétique (sans oublier celui sur les campings islandais qui n'est toujours pas terminé!)


Voilà pour mes dernières nouvelles... Quelles sont les vôtres? Votre rentrée s'est bien passée? 

lundi 21 août 2017

Vidéo | Mes lectures depuis début avril !

Salutations! On se retrouve en vidéo aujourd'hui avec mes dernières lectures.



J'ai lu pas mal de trucs différents ces derniers temps, c'est pas mal de varier comme ça, ça ouvre des horizons. Tu peux retrouver dans cette vidéo notamment L'Assassin Royal, PhobosCaraval ou encore Le Maître des Livres (amour infini, tu sais bien). Pour plus d'infos, il te suffit de regarder ceci:



Et toi, quelles ont été tes dernières lectures?

jeudi 17 août 2017

Quelques conseils pour partir en Islande en été

Laissons de côté les jolies photos et les beaux souvenirs pour se concentrer sur le pratico-pratique. Si tu organises tes prochaines vacances estivales sur la péninsule islandaise, cet article devrait t'intéresser. Je l'écris à mon retour d'Islande et je compte te donner moult informations pour t'aider à te préparer du mieux possible.


Nous sommes deux Belges, partis en Islande du 18 juillet au 1er août 2017 avec WOW air: un habitué des rando-campings et puis ... moi, petite citadine qui s'accroche assez bien à ses pieds pour marcher. Je vais écrire cet article dans l'optique où tu es une personne comme moi qui fais rarement du camping mais qui a un bon sens commun tout de même. (Hello newbie! ♥) Le Chéri a épluché le guide du Routard avant notre départ pour réaliser notre itinéraire et aussi internet. On n'a pas eu de mauvaise expérience avec les différentes choses que nous avons mises en place donc je pense que nous étions plutôt bien préparés et équipés.

De manière générale

Be prepared for tourists: si vous avez la possibilité de partir à un autre moment de l'année que l'été, sérieusement, faites-le. Les touristes, c'est l'enfer. Il y en a partout, sur tous les sites et ils sont irrespectueux au possible: certains laissent leurs déchets par terre (bonjour plastique dans la nature!), enjambent les barrières de sécurité pour faire leurs photos au bord de la falaise, se mettent devant toi pour avoir la plus belle photo du paysage. Si tu es ce genre de touriste, get manners before leaving, please. Un peu de considération des autres ne fait de tort à personne, surtout pas aux plus malpolis d'entre nous. La nature est un vrai cadeau, protégez-la. Je compte sur toi. 

Tu ne verras jamais la nuit. C'est un peu déroutant et déstabilisant pour ton rythme de vie puisque ton corps a l'habitude de dormir quand il fait noir. Mais il ne fait jamais noir huhu. Bref, pour pallier au problème, je te suggère un masque de nuit ou une tente effet "black" (ou de tirer les rideaux si tu es en guest house). Cela implique aussi que tu ne verras pas d'aurore boréale en cette saison...

La vie est extrêmement chère là-bas. Surtout en haute saison. L'option du camping n'en était pas vraiment une pour nous en réalité. La nuit nous coûtait environ 25-30€ pour deux contre 150-200€ en guest house ou en hôtel. Sans compter qu'il faut réserver sa chambre alors que pour le camping, on est beaucoup plus libre pour faire le parcours qu'on a envie de faire. Donc on n'a pas trop réfléchi quand on a vu cette différence.

Révise un peu ton anglais avant de partir ou prends un petit dico avec toi. Tout le monde parle anglais là-bas et rien de plus rageant que de se trouver à chercher un tout petit mot de vocabulaire qui exprime précisément l'idée que tu veux.

Si tu es belge, ne compte pas forcément sur le réseau 3G/4G. On n'a eu accès à aucune data en étant chez Orange. Donc si tu as vraiment besoin de ton smartphone et d'internet (avec des cartes ou un GPS connecté par exemple), trouve un plan B au cas où. Une bonne vieille carte par exemple.

Le temps peut varier très fortement, d'un jour à l'autre, ou même d'une heure à l'autre. Une amie est partie les 15 premiers jours de juillet et elle a eu une météo atroce alors que nous avons eu environ 10 jours de beau temps sur les 15 sur place. Soyez prêts à affronter tout type de temps... 

Côté camping

La base du bon matos, c'est une tente qui résiste au vent. Je ne rigole pas. La Quechua 2 secondes, elle va partir et toi avec. Nous, on avait jeté notre dévolu sur une Quick Hiker 3 (la 2 était trop petite pour moi, sérieux, j'aime avoir un peu d'espace) et elle est top: facile et rapide à (dé)monter (qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il fasse beau, on s'en est sorti rapidement), résistante au vent (même par de sacré bourrasques! je me rappelle de ma première nuit de tempête à Leirubakki où j'étais terrorisée) et dotée du "fresh and black". Bon, le fresh, c'est pas extraordinaire par rapport à une autre tente mais il faisait suffisamment noir à l'intérieur pour dormir sans masque et ça c'est cool. En bonus, un tapis de sol qu'on peut replier, ça fait toujours plaisir histoire de cuisiner au sec.


Une autre option que j'aimerais tester quand on y retournera, c'est la camionnette du type "Go Camper" dans laquelle on peut dormir. C'est un combo entre la voiture et la tente permanente qui a l'air de comporter pas mal d'avantages pratiques, l'arrière de la camionnette étant aménagé pour qu'on puisse y dormir et peut-être y manger. Enfin bref, déjà s'abriter du vent, c'est pas mal là-bas. Regardez ces options si vous avez la possibilité mais je n'ai aucune idée du prix. 

Si vous partez en tente, il vous faudra un matelas. Nous, on a pris un matelas gonflable basique de 140x200cm de chez Décathlon (on s'est fourni à 98% là-bas en fait, pas très éthique mais hyper pratique) et un gonfleur électrique qu'on rechargeait avec la prise de l'allume-cigare de la voiture. Le gonfleur était vraiment une bonne idée parce que démonter et remonter tout le matos tous les jours, c'est usant alors si en plus on avait du gonfler le matelas mécaniquement... L'avantage du matelas est double: il apporte du confort et il isole du froid du sol. Vraiment indispensable à mes yeux (citadine, frileuse, tout ça...)

Côté sac de couchage, il ne faut pas plaisanter. On a pris les Forclaz ultralight 0-5°C (qui sont déjà pas mal épais) parce qu'on peut les jumeler (et avoir un amoureux chaud le soir pour coller ses pieds gelés, c'est un autre avantage à ne pas négliger) et parce qu'ils sont adaptés aux nuits là-bas. Si vous vouliez en acquérir un qui peut descendre plus bas parce que vous comptiez aller dans le nord par la suite, ne vous privez pas, vous n'aurez pas trop chaud. Même avec le Forclaz 0-5°C, j'ai parfois dormi avec mon bonnet tellement il faisait froid... + deux petits oreillers. 

N'oubliez pas de partir avec votre popote: assiettes, couverts, tasses, etc. et le nécessaire pour faire la vaisselle. Nous, on a poussé le vice jusqu'à acheter une théière et une boule à thé (quel petit luxe quand il fait si froid!). En bonus, je vous conseille toujours des pinces à linge et des petits sacs en tissu, ça sert toujours... Voici ce qu'on a emporté avec nous: (avec, en plus les couteaux qui ont été sortis du sac)



Les gourdes Qwetch que j'avais reçues de Sebio avant de partir ont été très pratiques durant ce voyage. Elles tiennent vraiment bien la fraîcheur de l'eau, même exposées en plein soleil, le travel pot est génial: il a une anse qu'on peut facilement attacher au sac à dos et est suffisamment large pour y glisser des trucs et rentabiliser l'espace lors du rangement du sac en soute (nous, on y a mis des médicaments). L'avantage de la version classique qu'on a choisi en rouge, c'est sa quantité: 750ml. Elle sera plus pratique si vous souhaitez une gourde de ville plutôt qu'une gourde de voyage. Côté chaleur, elles tiennent un peu moins bien mais nous n'avons pas pu les tester en suivant les conseils de la marque, à savoir les remplir d'eau chaude avant d'y mettre le thé. Mais même pour cette utilisation imparfaite, nous étions satisfaits d'avoir un peu de thé en promenade, au bord de Reynisdrangar. ♥


Pour la bonbonne de gaz, le guide du Routard nous disait qu'on trouvait difficilement des Camping Gaz et plus facilement des Primus ou des Coleman mais une fois sur place, on a trouvé les 3 facilement (et même plus les Camping Gaz au début!). Puisqu'on ne peut pas prendre de bonbonne avec soi dans l'avion (boum!), on s'est contenté de prendre l'embout à poser dessus pour faire chauffer nos aliments et on a acheté une grosse bonbonne sur place à 2.500 ISK. Elle nous a tenu pile les 15 jours.  

Enfin, n'hésitez pas à aller faire un petit tour dans le camping choisi avant d'aller à la réception et payer votre nuit. Il y en a énormément, bien plus que ne le renseigne le guide du Routard (qui n'est pas forcément à jour au niveau des prix et des installations d'ailleurs). Si vous n'aimez pas le camping proposé (parce qu'il n'y a pas de douche, pas d'eau chaude ou qu'on vous fait payer la recharge du téléphone à l'accueil), ayez un plan B au cas où. Ce n'est pas ça qui manque là-bas... 

Le prochain article concernant ce voyage sera totalement dédié aux campings que nous avons testé. Donc si ça vous intéresse, je reviendrai mettre le lien de l'article ici quand il sera publié.

Côté vêtements

Prenez du chaud et du froid, pour être paré à toute éventualité. En partant pour 15 jours, nous avions prévu de faire une lessive à mi-parcours et j'ai emporté 3 pantalons: un de ville, un léger de rando (qui se détache aux genoux pour devenir short, 'voyez?) et un polaire, un K-way, 2 t-shirts à manches longues, 3 t-shirts, un pull en polaire et un gilet/pull + les sous-vêtements. Ah. Et des mitaines chaudes aussi, c'est pas mal. Nous avons utilisé toutes nos fringues: les chauds dans le sud et les plus légers dans le nord de l'île.

Deux indispensables: les chaussettes en vraie laine (qui isolent très bien du froid et de l'humidité) et le Buff. Le Buff, c'est un long col coloré (que je porte en bleu ligné sur cette photo) que tu peux acheter ici ou même sur place et qui te sert à tout: couper le vent et tenir ton cou au chaud (même la nuit), te protéger le visage quand tu marches et te protéger la tête quand il y a du soleil. Il est vraiment multi-fonctions et il ne prend pas de place, ce qui en fait un atout de marque pour les voyageurs. 



Pour les chaussures, j'avais pris mes Converse pour conduire, mes chaussures de rando pour la marche (qui montent bien sur la cheville pour la maintenir) et des tongs en plastique pour aller prendre ma douche (rigole pas, c'est aussi un indispensable quand tu vois l'état de certaines douches dans les campings). Pitié, ne partez pas en Adidas Superstar ou en petites chaussures Nike. On en a vu qui étaient en baskets dans des endroits où une bonne accroche aurait grandement stabilisé leur corps en prise au vent. (surtout si vous avez envie d'enjamber des ruisseaux sur des pierres instables pour faire une photo splendide)

Le coût du voyage ...

Le but n'est pas ici d'étaler nos dépenses pour le plaisir mais de vous aider à calculer votre budget pour que vous vous fassiez une idée de ce que chaque catégorie nous a approximativement coûté. Gardez à l'esprit que les conversions en euros sont approximatives ici car le cours de la couronne islandaise varie, comme toute monnaie... 

Le logement (13 nuits en camping et 1 en guest house) nous aura coûté environ 65.900 ISK (env. 573€), en sachant que la guest house revient à elle seule à 19.350 ISK et que les 2 machines à laver qu'on a faites sont aussi comprises dans ce prix (1.900 ISK). Donc, les campings et les douches seuls nous reviennent à 44.650 ISK (388€ env.). 

L'essence nous aura coûté 26.350 ISK (env. 230€) pour 15 jours et 4 demi-pleins avec une voiture qui consomme de l'essence 95 à environ 185-195 ISK le litre.

Pour les courses (nourriture), c'est un peu plus délicat car à ce jour, je n'ai toujours pas été débitée de tous les achats qu'on a effectué dans les supermarchés Bonus... et je refusais souvent les tickets qu'on me proposait par souci d'économie de papier donc dur dur de vous proposer un montant exact. Mais pour vous donner une petite idée, durant ces 15 jours, on mangeait des Krisprolls avec du Philadelphia, de la confiture et une pomme au petit déjeuner, du pain avec de la charcuterie et du fromage pour le repas de midi et pour le soir, souvent des pâtes ou des conserves d'haricots rouges. Donc, rien d'extraordinaire et pourtant la vie est vraiment chère là-bas... Coût total approximatif: 35.000 ISK (env. 300€).

Les activités qu'on a réalisées (observation des baleines, 3 restos, les entrées aux sources chaudes et une bière par-ci par là) nous auront coûté 63.230 ISK (env. 550€) en sachant qu'on n'a pas exagéré et qu'on a fait assez attention à la dépense. D'ailleurs, pour les activités, surtout l'observation des baleines ou de phoques: prenez de bonnes jumelles (genre x10, c'est pas assez) et/ou un bon zoom d'appareil photo (j'ai un Canon 18-135mm et j'aurai voulu avoir un plus performant pour photographier les phoques). 

Si vous louez une voiture ...

(Et je parle bien d'une voiture, pas d'une camionnette Go Camper dont j'ai parlé ici plus haut.) 

C'est le plus pratique pour visiter l'île tranquillement je trouve. La plupart des vraies routes sont goudronnées (principalement la route n°1 et beaucoup de routes secondaires qui sont en bon état). On y roule à environ 90km/h (sauf la portion entre Dettifoss et Asbirgy qui est désastreuse et pleine de terre, de poussière et de trous, sachez-le!) et à part les moutons qui traversent à l'improviste, aucun vrai danger à l'horizon. Avec une voiture, on peut choisir de faire de la route quand on veut et on ne dépend que de soi, le timing est moins contraignant vu qu'il fait clair tout le temps. Sachez que les car wash qu'on a vus sont gratuits (pour la plupart) donc si vous voulez rafraîchir la voiture à mi-parcours, ne vous privez pas. Par contre, je vous conseille de prendre un chiffon (genre une Gros Travaux d'H2O) pour nettoyer le pare-brise ou nettoyer d'autres trucs, ça dépanne toujours! 

Personnellement, nous sommes passés par le site Carigami pour louer la voiture à l'avance (ce qui coûte moins cher) et on a choisi le modèle Citadine avec toutes les assurances proposées. Une fois sur place, on a obtenu une Hyundai i20 en brun. Avec le loueur Payless (qui fait en fait partie d'Avis Budget), on s'en est sorti pour environ 780€ la quinzaine. Donc avec l'essence, on en aura eu pour environ 1.100€ au total. 



Ce qui est top aussi avec une voiture, c'est qu'on a de l'électricité à portée de main quand on roule. Ça nous a permis de recharger nos téléphones, le gonfleur du matelas et surtout nos batteries d'appareil photo (avec un chargeur adapté à l'allume-cigare acheté pour l'occasion), histoire de ne jamais tomber à court. Pour acheter ce chargeur allume-cigare/USB, je me suis tournée vers Amazon et j'en ai trouvé un à environ 20€ (fdp inclus) pour mon Canon 700D. Quand on voit que l'électricité est payante dans certains campings, ce fut un investissement très bien rentabilisé. ^^ 


Voilà! Je pense avoir fait le tour de notre préparation et de notre équipement mais si tu as des questions, n'hésite pas du tout à les poser, j'y répondrai avec grand plaisir! ☺ 


jeudi 10 août 2017

Recette facile - Croquettes aux flocons d'avoine et sauce aux herbes

Salutations! Nous voici dans un nouvel onglet du blog que j'inaugure aujourd'hui avec une des parties les plus fabuleuses de ma vie, à savoir la BOUFFE ! Grande passionnée de nourriture, je suis plus efficace dans la dégustation que dans la préparation mais j'ai la chance inouïe d'avoir sous la main un magnifique petit lutin qui m'aime et qui aime aussi la nourriture en plus d'aimer les défis culinaires (on dirait qu'il aime beaucoup de choses dans la vie dit comme ça, pas vrai?). En plus, j'essaie de m'y mette également donc le blog pourrait nous aider à nous souvenir de ce qu'on a préféré et des modifications apportées à la recette de base.

Je poste régulièrement des photos de nourriture avec les recettes qu'on teste sur Instagram (et c'est une petite fierté pour chéri de savoir le nombre de coeurs que ses tentatives reçoivent alors tu peux y aller franco. Il n'a toujours pas digéré le fait que le kiwi en coeur remporte plus de succès que ses pancakes.) et récemment, je vous ai demandé si ça vous intéressait qu'un onglet "cuisine" fasse son apparition sur le blog et comme je prends les likes pour des "oui" (en plus des commentaires), j'en conclus que vous aimez presqu'autant manger que moi. 

J'aime autant te prévenir tout de suite: aucune des recettes (ou presque) que je vais proposer n'est de moi ou de l'Homme. On puise notre inspiration dans de beaux livres de recettes ou sur internet. Du coup, à chaque fois, j'indiquerai la source à la fin de la recette. Il se peut cependant qu'on l'ait adaptée et là, je l'indiquerai également. :) Pour les photos, cette fois-ci, on repassera par contre. J'ai voulu tenter d'utiliser celles de mon téléphone pour ne pas sortir mon Reflex mais je ne ferai plus cette erreur...




Au menu du jour
Croquettes vegans aux flocons d'avoine avec leur sauce aux herbes


 Ingrédients - pour 12 croquettes

200g de flocons d'avoine - 2 cuillères à soupe de graines de lin moulues (facultatives) - 50cl de lait de riz - 60g de tofu soyeux - 1 grosse gousse d'ail - 2 échalotes - 2 grosses cuillères à soupe de concentré de tomate - 1 pincée de noix de muscade - 1 filet d'huile d'olive - sel - poivre. 

Pour la sauce: 1/2 bouquet de persil - 1/2 bouquet de basilic - 3 brins d'estragon - 2 cuillères à soupe de câpres - 50g de noix - 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre - 1 cuillère à soupe de sirop d'agave - 8cl d'huile de noix - sel.

Pour la sauce, n'ayant pas toutes les herbes fraîches, chéri a utilisé du persil et de l'estragon séchés. Pareil pour le sirop d'agave, nous avons utilisé de la mélasse, on a fait avec nos réserves de placard. Elle était moins verte que sur l'illustration du livre mais tout de même très bonne.


Instructions

Préparation: 40min           Repos: 20min           Cuisson: 10min

Dans un saladier, versez les flocons d'avoine, les graines de lin (facultatives) puis le lait de riz. Mélangez et laissez reposer 20min avant de bien égoutter. 

Ajoutez le tofu soyeux et pressez les gousses d'ail dans le saladier. Incorporez ensuite les échalotes hachées et le concentré de tomate avant de bien mélanger. Salez, poivrez, muscadez. (N'ayez pas peur d'avoir la main un peu lourde sur les assaisonnements sinon les croquettes seront fades. Nous, on a même ajouté du paprika et malgré ça, les croquettes n'auraient pas pu se suffire à elles-mêmes). 

Faites chauffer l'huile d'olive dans une poêle et constituez vos croquettes. Utilisez soit votre main soit une cuillère à soupe pour avoir une base de quantité et faire des croquettes +/- égales en taille. Déposez-les dans la poêle et laissez les cuire à feu moyen en les retournant de temps en temps pour qu'elles soient bien dorées. Cela prend environ 10-15min. 

Enfin, préparez la sauce pendant la cuisson des croquettes: mixez ensemble le basilic, l'estragon, le persil (effeuillés of course) et le reste des ingrédients + 2 cuillères à soupe d'eau. N'oubliez pas de saler selon vos goûts avant de servir la sauce avec les croquettes.

En accompagnement, nous avons mangé de la salade verte et des carottes râpées avec une vinaigrette classique. Ce fut très bon et consistant avec 3 ou 4 croquettes par personne ! :) 



Cette recette est tirée et un peu adaptée du livre 
Cuisine végétarienne publié chez Hachette cuisine.


Tu as testé cette recette? Donne-moi ton avis ou tes envies :)